Vendre ses beats pas chers, bonne idée ?

vendre ses beats pas chers
5/5 - (3 votes)

La plupart des beatmakers se disent que quand on est pas connu, il faut obligatoirement vendre ses beats pas chers…

Est-ce vraiment une bonne idée ?

Les réponses instinctives ne sont pas toujours les bonnes, et j’aimerais partager avec vous quelques reflexions en esperant qu’elles vous seront utile.

Beaucoup de beatmakers se disent :

” Quand on est pas connu, c’est mieux de vendre ses beats pas chers pour en vendre un max et progressivement se faire un nom “

Cela parait être du bon sens, et pourtant… Concretement ça ne se passe pas toujours comme ça.

Qu’est ce qui permet réélement de “se faire un nom” ?

Le raccourcit qui consiste à penser qu’en bossant avec des petits artistes, vous aidera forcément à vous faire un nom, n’est pas automatiquement vrai.

Jeter un oeil à cette équation mathematique simple : Pas de notoriété X 100 = Pas de notoriété.

En réalité, ce que je constate apres plus de 20 ans passés dans ce milieu, c’est que vendre ses beats systématiquement à des artistes sans aucune notoriété ne vous apportera pas forcément de notoriété. Et si le calcul consiste à penser que l’un d’eux finira forcément par se faire un nom, rien n’est moins vrai.

Il y’a fort à parier que vendre ses beats à 100 rappeurs qui font 200 vues sur youtube, ne fera pas avancer votre carriere d’un iota. Même s’il existe une probabilité que l’un d’eux finira par percer.

Et quand bien même, cela n’aurait probablement qu’un impact minimume sur votre réputation à vous.

” Il ne m’oubliera pas quand il aura percé “

A cette affirmation je me contenterais d’une réponse courte : lol.

C’est être un peu reveur/naif que de penser qu’un petit artiste sur lequel vous auriez placé une prod quand il n’était pas connu, se souviendra de vous si ça marche pour lui. Je ne dis pas que ça n’arrivera pas, je dis qu’encore une fois la probabilité est faible et quand bien même, les résultats escompté sont purement hypothétiques.

Ok merci pour le triste constat mais du coup on fait quoi ?

Je regardais recemment plusieurs interviews de gros beatmakers americain, et l’un d’eux à partager une reflexion que j’ai trouvé extremement interressante. C’est d’ailleurs cette phrase que j’ai entendu passé qui m’a donné envie d’écrire cet article.

En substance voici ce qu’il a dit :

“Plutot que d’essayer de vendre 1000 prods à 10 euros, je me suis pris la tête à tout mettre en place pour vendre une prod à 100 000 €”

” Mon but n’est pas de proposer les beats les moins chers du marché, mais les plus chers. Et de tout mettre en place pour que ce soit justifié/indiscutable “

Dans un marché ultra saturé, je pense que cette façon de voir les choses est très pertinente.

Pourquoi ?

Parce que cette optique va vous obliger à mettre en place énormement de choses pour vous démarquer de la concurrence et vous faire remarquer des “grosses têtes”. Vous ne pourrez pas vous contenter de “balancer des prods vites fait sur youtube et beatstars” non. La démarche est clairement plus complexe.

Elle necessitera de travailler votre image de marque, votre réseaux de contacte, de démarcher etc.

Mais au final, elle débouchera potentielement sur des résultats autrement plus interressants que de bosser avec des dizaines de nobody (désolé pour la violence du terme).

L’idée, ça ne sera plus de simplement vendre ses beats, mais bien de monter une véritable marque / faire des gros placements.

Si tu ne respecte pas toi même ta musique, qui le fera à ta place ?

Si tu as une mentalité de crevard, de gagne petit, tu penses que ça va t’amener ou ?

Quand on se comporte comme un LIDL (casser les prix) on devient un LIDL. Et la démarche pour devenir FERRARI n’est pas la même !

Désolé pour la comparaison un peu hors sujet mais elle illustre bien le fond de ma pensée. Pensez-vous que l’inventeur de la marquer Ferrari à commencé par fabriquer des vélos low-cost en esperant un jour monter en gamme jusqu’a devenir un fabriquant de voiture de luxe ? NON.

Avez-vous déja croisé une instrumentale à 20 € de DR DRE ou Métroboomin sur une plateforme comme beat-star ?

La réponse est NON.

Pour vous motiver un peu, voici une liste des beatmakers americain extremement bien payés pour leurs productions.

Il existera evidemment toujours des exceptions qui me feront mentir, mais je pense que cette reflexion peut quand même planter quelques graines bien utiles dans votre esprit.

Evidemment que si du jour au lendemain tu décides d’indiquer 1000 € sur tes prods, elles ne partiront pas toutes seules. J’insiste, il faudra EVIDEMMENT poser des actions qui te permettront de parvenir à faire respecter ce choix. Et evidemment qu’a tarif élevé la clientele visée sera différente !

Ce qui fait la renomée d’un beatmaker, c’est sa capacité à concretiser des titres excellents.

Du gros banger au single qui cartonne en streaming, au morceau qui devient potentielement un classique imtemporel : C’est quand un beatmaker parvient à collaborer sur ce genre de titre que son nom prend du galon. Et c’est quand la renomée est la qu’il lui devient beaucoup plus facile de vendre ses beats. Force est de constater qu’il est rare que cela se produise quand un artiste “sortit de nul part” chante sur votre prod.

Il peut donc être interressant de se concentrer dés maintenant à faire grandir votre réseaux de contact afin d’augmenter les chances de voir un jour une de vos prods marquer l’essai.

Une question plus interressante à se poser que “comment vendre ses beats” serait par exemple “comment gagner en notoriété”. D’ailleurs, je pense que cette deuxieme question répond directement à la premiere.

Si vous n’avez aucune idée de comment contacter des gros artistes, jeter un oeil à cet autre article que j’ai écris sur le sujet.

Mon but avec cet article n’est pas de froissé les sensibilités mais d’apporter une piste de reflexion.

N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire.

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires