Vendre des drumkits, bonne idée ?

comment vendre des drumkits
4.7/5 - (3 votes)

Parmi les nombreuses questions que je reçois de la part de la communauté beatmaking, revient souvent celle de la vente de drumkit.

Alors vendre des drumkits, bonne ou mauvaise idée ?

Comme vous le savez, j’essaye toujours de vous donner le meilleur conseil possible quelques soit le sujet abordé, je ne pourrais donc pas répondre bêtement par oui ou non.

Un mindset d’entrepreneur

Tout d’abord, je tiens à dire que je trouve que c’est une bonne chose d’essayer de proposer autre chose que des prods. Déjà forcement pour l’aspect financier, c’est toujours mieux de ne pas dépendre d’une seul rentrée, mais pas que. D’un point de vue “aventure entrepreneuriale” il est aussi important de chercher à se développer le plus possible. Et donc j’encourage les beatmakers a ne pas proposer uniquement des prods mais également des produits ou services liés a leur activité.

Si vous êtes dans l’idée de vivre de votre activité musicale, il est nécessaire de chercher a vous développer en proposant tout ce que vous pensez pouvoir proposer pour augmenter votre rentré financière.

Le drumkit est un exemple, il y’en a d’autres : Merchandising (t-shirt, hoodies, mug, etc.) qui vous permettront d’augmenter votre offre. Pack de Loops ou de fichiers midi, etc. Voir même des cours particuliers et/ou des formations, si vous vous en sentez capable.

Développer une audience

Une chose qu’il est important de garder a l’esprit, c’est que sans audience, rien ne se vend. Beaucoup de beatmakers pensent qu’il suffit de sortir un drumkit pour que la foule se jette dessus… La réalité est tout autre. Si vous n’avez pas d’audience, pas de followers, personne ne vous l’achètera.

Il est donc nécessaire de passer par cette étape en commençant par communiquer le plus possible sur les réseaux sociaux afin de fédérer des personnes susceptibles de vous acheter quelques choses.

Il y’a mieux a faire qu’un drumkit

Je n’ai rien a proprement parlé contre le fait de vendre des drumkits, mais j’aimerais soulignez quelques aspect un peu négatif de la démarche et vous proposer une solution qui sera selon moi plus profitable.

Premièrement, d’un point de vue purement mercantile, il est difficile de générer beaucoup d’argents avec un drumkit.

En effet, les drumkits gratuit pullule sur le net (cliquez ici pour vous en rendre compte), ils sont très facile à se procurer, et le prix de vente d’un drumkit excède rarement 30 €, il faudra donc être capable d’en vendre beaucoup pour pouvoir en vivre, et vous n’aurez pratiquement pas de marge pour faire la promo de votre drumkit auprès d’influenceurs.

De plus, d’un point de vue plutôt humain, je pense que la création d’un drumkit n’est pas quelques choses de très enrichissant.

La plupart de ceux-ci sont en fait constitué de drums “volé” dans d’autres drumkits pour en constituer un nouveau. Beaucoup de drumkits n’ont pour intérêt qu’une pochette et un nom un peu stylé qui donne envie. Donc d’un point de vue éthique et fierté personnel, c’est pas top. Nos amis américains, si prompt a faire sauter tout les blocages éthiques quand il est matière de business, aime a dire que l’utilisateurs finale paye “la qualité de sélection” du beatmaker qui a reconstitué ce drumkit… Moai.

Je n’ai pas forcement de problème avec ca, après tout, il n’y a pas mort d’homme, mais je pense que dans l’idée de construire un business dont on puisse être fier, la démarche n’est pas terrible.

Vendre son propre VST

Depuis quelques années, j’encourage plutôt les beatmakers a créer leur propres VST. Alors certe, la quantité de travail a fournir n’est pas la même. Faire un drumkit, pour un initié, ca prend 1h, pochette comprise. Faire un VST, ca prend plusieurs semaines. Mais au finale ca peut également être vendu beaucoup plus chers. La ou on les drumkits plafonnent a 30€ , un vst peut facilement toucher 150 € minimum, s’il est bien fait évidemment. Ce prix de vente plus élevés vous laisse une meilleur marge bénéficiaire même si vous devez promotionner votre VST aupres d’influenceurs.

Qui plus est, vous aurez la fierté du travail accomplit. Il n’est point question ici de voler des éléments d’autres VSTs. Il faudra penser a un concept originale, une interface graphique, créer un site web pour le vendre, des presets de qualité, et contacté in-fine des influenceurs pour en faire la promotion, bref; c’est UN VRAI business.

Une aventure autrement plus enrichissante sur le long terme que d’essayer de vendre 20€ un petit drumkit d’éléments volé…

C’est pour cette raison d’ailleurs, que j’ai mis en place une formation spécialement dédié a la création et la vente de vos propres VST.

C’est la méthode que j’ai utilisé moi même pour créer et vendre mes 2 vsts (CSPM VST et Malefik), et elle a dors et déjà permis a plein de beatmakers de monter leur business en ligne autour de la vente de leur propres VST.

Le marché du beatmaking est mondiale, et même si beaucoup de gens piratent les VST, sur plusieurs millions, il y’a largement moyen de gagner de l’argent.

Vous pourrez trouver ma formation sur la création de vst en cliquant ici

vendre des drumkits

En conclusion

J’encourage les beatmakers à développer leur activités bien au delà de la vente de leur prod. Et j’insiste, je ne dis pas ça uniquement en pensant à l’aspect financier, mais aussi à l’aventure humaine.

C’est cool de pouvoir couper un peu avec la composition d’instrumentale pour se concentrer sur d’autres choses, sans pour autant trop s’éloigner du domaine musicale. Donc vendre des drumkits, pourquoi pas, mais je pense qu’il y’a mieux à faire.

Pensez-y

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires