Pourquoi les gens aiment les morceaux léger ?

Vous vous êtes peut-être déjà demandé pourquoi tant de gens apprécient des morceaux qui vous semblent bateau voir nul à chier?

Derrière l’aspect un peu troll que peut revêtir cette question, se cache un sujet qui me semble intéressant.

Il serait simple de plier la discussion en sortant de mon chapeau un dicton magique tel que “Chacun fait de son goût la norme”. Et puis d’ailleurs, un monde dans lequel tout le monde apprécierait exactement les mêmes choses que moi/toi serait-il vraiment enviable?

Pas sûr…

Quand j’étais un jeune ado en révolte, je me buttais au rap underground; ca me correspondait. Et j’avais du coup l’impression que la plupart des gens qui kiffait sur de la variété ou autre genre mainstream, était des moutons (aujourd’hui, j’aurais dit des PNJ).

Mon constat était simple et sans nuance.

On prend de l’âge, on change de situation professionnel, bref de vie. Et au bout d’un moment, la vie justement, nous fait vibrer différemment.

Puis voila qu’un jour, en pleine journée de travail, on se prend à kiffer sur un titre de variété qui passe à la radio. Au début, ca fait bizarre, on a l’impression de se trahir soi-même, on se dit, merde, je crois que je suis en train de devenir comme eux. Je suis en train de sombrer.

Directement derrière on court se faire une injection d’Astra Zeneca de “Lunatic – Mauvais œil” ou de “Arsenik – Quelques gouttes suffisent” histoire de réaffirmer ses convictions. lol

La chute…

Puis on finit par apprécier un deuxième titre de variété… un troisième… Au final, j’ai fini par admettre que c’était peut-être moi qui était resté bloqué trop longtemps dans un délire.

Délire qui d’ailleurs, le temps ayant le pouvoir de faire ça, me paraissait de plus en plus excessif et caricaturale.

Je pense au final que la question, la vrai, n’est pas, pourquoi les gens apprécient la musique de merde. Mais plutôt pourquoi étais-je un haineux? Pourquoi étais-je incapable de m’ouvrir l’esprit à d’autre sensibilité?

Ce qui devait arriver arriva…

La vie se montre parfois d’une ironie incroyable… C’est littéralement comme si quelqu’un écrivait le scénario et faisait exprès d’intégrer des twists inattendu dans l’histoire : Progressivement, tout le monde s’est mis a kiffer sur le rap.

J’veux dire, cette musique avait déjà son succès, mais ca s’est multiplié. Un délire exponentiel.

Le rap est passé de musique sectaire à musique ultra-mainstream.

Fantastique ?

Le truc… c’est que quand la cible c’est plus seulement les sectaires de la première heure, mais ta petite sœur et ta mère, la musique en question, progressivement elle se transforme… pour convaincre un publique toujours plus large.

Bye bye les scratchs, les samples bien granuleux, les discours engagé etc. Bonjour l’autotune, les cheveux colorés et les discours légé.

Au final c’était peut-être mieux quand ils se contentaient tous d’écouter leurs musiques de merde?

Cet article, bien qu’il contient quelques réflexions sérieuses, est évidemment à prendre au second degré. Je le précise pour les quelques “Jean premier degré” qui atterriront dessus par erreurs.

🙂

Tiens, jeune ignorant, cadeau :

 

Discord

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments